Portrait de la DMD — Modulateur d’utrophine

Michelle Avery, Ph. D.

Directrice, Relations avec les investisseurs chez Summit Therapeutics plc

Dans cette deuxième interview de notre série « Portrait de la DMD », La Fondation La Force discute avec Michelle Avery, directrice des Relations avec les investisseurs. Elle y est également responsable des relations avec les patients et les relations publiques. Michelle Avery a répondu à nos questions au sujet du modulateur d’utrophine, une approche potentielle de modification de la maladie qui pourrait servir à traiter tous les patients atteints de DMD.

La Fondation La Force parcourt la route de la découverte en compagnie de familles, de chercheurs, de compagnies pharmaceutiques et bien d’autres. Notre objectif est de dénicher les meilleurs traitements expérimentaux et les recherches les plus prometteuses pour les enfants et adultes atteints de la DMD. En novembre 2016, nous sommes allés à la 14e conférence internationale Action Duchenne à Londres, au Royaume-Uni, pour rencontrer la communauté DMD internationale en votre nom. Nous souhaitons que cette série d’entrevues apporte inspiration et espoir aux familles canadiennes.

Qu’est-ce que l’utrophine ?

Le corps humain produit naturellement de l’utrophine, une protéine, à la formation initiale d’un muscle ou quand il est en train de se réparer. À mesure qu’un muscle vieillit, la dystrophine remplace l’utrophine. Cependant, chez les personnes atteintes de la DMD, la dystrophine ne fonctionne pas correctement. L’utrophine est fonctionnellement et structurellement similaire à la dystrophine.

 

Dans la vidéo, Michelle Avery répond à nos questions sur les modulateurs d’utrophine

1— La modulation de l’utrophine, c’est :

R : L’utrophine est une protéine très semblable à la dystrophine. L’utrophine est en fait présente au départ quand un muscle se forme et quand il est en réparation. Et là, pour une raison quelconque, elle s’arrête et la dystrophine vient prendre sa place. Or, elle est toujours en place chez les garçons atteints de DMD ; ils ont vraiment beaucoup d’utrophine, puisque les muscles sont en réparation, mais ils ont aussi le signal de stopper son effet. Donc, ce que nous essayons de faire est de garder cette utrophine en activité pendant que les muscles maturent afin qu’ils puissent se servir de l’utrophine au lieu de la dystrophine.

2— Où ce traitement sera-t-il disponible en premier ?

R : En ce moment, notre programme de développement… nous envisageons un programme mondial. Les États-Unis, en matière de réglementation, les États-Unis viennent habituellement en premier et plus rapidement que les autres pays… mais nous avons en fait une collaboration avec Sarepta Therapeutics pour l’Europe. Nous sommes donc très enthousiastes à cet égard. Ils font, vous savez, ils vont faire un excellent travail dans le cadre de cette collaboration ; ils ont beaucoup d’expérience derrière eux en matière de DMD jusqu’à présent, et nous sommes donc vraiment heureux de faire appel à leur expertise… ils prendront la relève en Europe et potentiellement en Amérique latine également. Nous aurons l’option de vendre notre médicament dans certains pays d’Amérique latine.

3— L’utrophine peut-elle remplacer la dystrophine ?

R : Nous croyons que l’utrophine peut remplacer la dystrophine, et cela est basé sur beaucoup de travail que nous avons fait chez la souris où nous avons vu qu’elles peuvent sembler « normales » quand elles ont de l’utrophine au lieu de la dystrophine. L’utrophine elle-même est juste un peu plus petite que la dystrophine ; il lui manque quelques liens. Nous savons à cause d’études chez des patients atteints de la dystrophie de Becker que, s’il leur manquait la partie de la dystrophine qui fait défaut à l’utrophine, ces patients semblent se porter assez bien, donc c’est encourageant qu’on n’ait pas nécessairement besoin de toutes les parties de la dystrophine pour avoir une fonction musculaire normale.

4— Comment voyez-vous l’avenir de la communauté de la DMD ?

R : C’est un travail très stimulant. Nous espérons que ce premier essai sera celui qui nous permettra de savoir si oui ou non cela a une chance de fonctionner chez des patients, et nous avons vraiment, vraiment beaucoup d’espoir. Cela semble logique d’un point de vue scientifique.

 

Renseignements sur les essais cliniques en cours : PhaseOut DMD

PhaseOut DMD est un essai clinique de phase II ayant pour objectif d’évaluer l’ezutromid, un modulateur d’utrophine, chez les patients atteints de DMD. Cette étude ouverte de 48 semaines est en cours au Royaume-Uni et aux États-Unis. L’étude prévoit d’inscrire environ 40 patients d’ici le milieu de l’année 2017.

En plus de PhaseOut DMD, Summit Therapeutics plc prévoit de mener un essai randomisé contrôlé par placebo, spécialement conçu pour soutenir les approbations accélérées et conditionnelles pour l’ezutromid aux États-Unis et en Europe. Si PhaseOut DMD produit des données provisoires positives, la planification de cet essai débutera après que les données de 24 semaines aient été publiées.

Pour plus d’informations sur les essais cliniques PhaseOut DMD de l’ezutromid : Utrophin Trials   –  Clinical trials

Vous pouvez aussi lire notre article précédant l’utrophine : L’utrophine une avenue intéressante pour la DMD

 

À propos de Summit Therapeutics plc

Summit plc est une société de découverte et de développement clinique de médicaments qui œuvre à la mise au point de thérapies innovantes visant à faire avancer de manière significative la norme actuelle de traitement pour de graves besoins médicaux non encore satisfaits. Leur stratégie se concentre sur deux domaines thérapeutiques : la dystrophie musculaire de Duchenne, une maladie mortelle liée au métabolisme génétique et la maladie infectieuse causée par la bactérie C. difficile.

 

À venir :

Notre prochain portrait : Le saut d’exon, avec Georges Dickson

Pour recevoir la prochaine interview de notre série « Portrait de la DMD », veuillez vous abonner à notre infolettre.

 

Remerciements

Nous remercions l’équipe d’Action Duchenne UK, qui nous a accueillies à bras ouverts et nous a permis d’entrer en contact avec tous les conférenciers lors de l’événement. En raison de leur générosité, nous sommes à même de diffuser ces informations pleines d’espoir à la communauté canadienne de la DMD.

Pour en savoir plus sur la conférence Action Duchenne :

Logo-Action-Duchenne

Remerciements Daniel K Cooper et Alain Lagadic

 

  • Septembre 2018 > Après l’échec de l’essai, Summit Therapeutics met fin au développement du traitement ezutromide pour la DMD. Lire la suite ici (en anglais).