, ,

Nouveau médicament à l’horizon pour la DMD

Suite aux résultats positifs de l’essai de phase I/II du SRP-4053 (Golodirsen), Sarepta Therapeutics a annoncé son intention de soumettre une nouvelle demande de médicament (NDA) pour l’approbation accélérée de Golodirsen chez les patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne (DMD).

Selon les résultats de l’étude clinique, le Golodirsen a stimulé de manière significative la production de dystrophine chez 25 garçons avec des délétions confirmées du gène de la DMD susceptibles de répondre au saut de l’exon 53. Cette mutation affecte environ 8 pour cent de tous les patients DMD.

 

Qu’est-ce que le Golodirsen ?

Le Golodirsen utilise la technologie du saut d’exon et fonctionne en se liant à l’exon 53 du gène de la DMD, de manière à exclure ou sauter cette partie de la séquence. Cela aide à produire une forme plus petite mais fonctionnelle de protéine de dystrophine.

 

Des résultats positifs

Lors d’un premier essai clinique chez des patients de la DMD, on a démontré que le Golodirsen a le potentiel de traiter la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD).

Communiqué

 

Pourquoi faut-il sauter certains exons ?

La DMD est causée par des erreurs spécifiques (mutations) dans le gène responsable de produire la dystrophine. La dystrophine est une protéine qui joue un rôle clé dans la fonction des cellules musculaires et les protège des dommages causés par la contraction et la relaxation des muscles. Ces mutations dans le gène de la dystrophine conduisent à une pénurie de cette protéine dans les muscles. N’ayant pas suffisamment de dystrophine, les muscles s’affaiblissent graduellement jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus bouger, et finalement la respiration et la fonction cardiaque font défaut.

La maladie est d’emblée mortelle et la mort survient généralement avant l’âge de 30 ans, généralement en raison d’une insuffisance respiratoire ou cardiaque.

 

Plus au sujet du Golodirsen

Golodirsen utilise la technologie chimique brevetée du phosphorodiamidate morpholino oligomère (PMO)* de Sarepta et la technologie de saut d’exon pour ignorer l’exon 53 du gène DMD. Golodirsen est conçu pour se lier à l’exon 53 du pré-ARNm de la dystrophine, entraînant l’exclusion, ou le « saut », de cet exon lors du traitement de l’ARNm chez les patients présentant des mutations génétiques susceptibles de répondre au saut de l’exon 53. Le saut d’exon a pour mission de permettre la production d’une protéine de dystrophine tronquée à l’interne mais fonctionnelle.

Golodirsen est l’un des candidats en cours d’évaluation dans l’étude ESSENCE, une étude mondiale, randomisée, en double aveugle, contrôlée contre placebo évaluant l’efficacité et l’innocuité chez des patients susceptibles de répondre au saut de l’exon 45 ou 53.

*phosphorodiamidate morpholino oligomère (PMO), en biologie moléculaire, un morpholino est un type de molécule utilisé pour modifier l’expression génétique.

 

Plus sur l’essai clinique :

Nom : ESSENCE : Étude de phase III

Objectif : L’objectif principal de cette étude est d’évaluer l’efficacité du SRP-4045 et du SRP-4053 par rapport au placebo chez des patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) présentant des mutations de délétion hors cadre susceptibles de répondre au saut de l’exon 45 et l’exon 53, respectivement.

Lieu : États-Unis, Europe, Canada, Israël

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter : www.clinicaltrials.gov ou www.essencetrial.com

 

Sources:

Clinical Trials

Muscular Dystrophy News

Investor Relations

Wikipédia

L’essai clinique du transfert de gène, arrêté.

Solid Biosciences annonce la mise en attente des essais cliniques sur le transfert du gène de la microdystrophine SGT-001 dans le cadre d’une étude clinique de phase I/II sur la dystrophie musculaire de Duchenne.

La société Solid Biosciences Inc. a annoncé qu’elle a reçu une notification de la Food and Drug Administration américaine (FDA) selon laquelle IGNITE DMD, son essai clinique de Phase I/II sur le transfert de microdystrophine en lien avec la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD), a été placé en attente.

Qu’est-il arrivé ?

Le premier patient traité dans le cadre de l’essai clinique était un adolescent non ambulatoire. Plusieurs jours après l’administration du traitement, le patient a été hospitalisé en raison de résultats de laboratoire qui comprenaient une diminution des plaquettes sanguines suivie d’une réduction des globules rouges et des signes d’activation du complément .*Le système du complément correspond à une cascade d’enzymes participant à la défense de l’organisme contre l’infection.

Comment va le patient maintenant ?

Le patient a été admis à l’hôpital, a reçu un traitement et il est à la maison avec sa famille sans montrer de symptômes.

Qu’est-ce qu’une mise en attente clinique ?

Solid a signalé l’événement à la FDA et, parce qu’il était inattendu, l’a classé comme une réaction indésirable grave, suspecte et inattendue (SUSAR). 

Et après ?

L’équipe de Solid travaillera avec l’investigateur principal et la FDA pour bien comprendre la cause et la nature de cet événement, ainsi que pour identifier les prochaines étapes appropriées dès que possible.

 

Dans le cas où vous ne vous souvenez pas des détails sur la microdystrophine et la thérapie génique, nous vous invitons à regarder l’entrevue que nous avons réalisée l’année dernière à Londres avec le Dr Jeffrey Chamberlain :  VIDÉO ICI

 

À propos de l’essai clinique

L’étude clinique de phase I/II, appelée IGNITE DMD, est une étude randomisée, contrôlée, ouverte, à dose unique ascendante qui évaluera l’innocuité et l’efficacité du SGT-001 chez des patients ambulatoires et non ambulatoires atteints de DMD. De nature adaptative, IGNITE DMD permettra à Solid Biosciences d’ajuster la dose et le nombre de patients à mesure que l’étude progressera afin de caractériser efficacement l’innocuité et l’efficacité du SGT-001. La sélection des patients débutera avec la première étude participante aux États-Unis dans les prochains jours. Ils s’efforcent de mettre en place des sites supplémentaires aux États-Unis et à l’étranger.

 

À propos du SGT-001

Le SGT-001 est une thérapie génique qui utilise la technique du transfert de gène par virus adéno-associé* (ou AAV, pour adeno associated virus en anglais) sous investigation pour sa capacité à traiter la cause génétique sous-jacente de la DMD. Le SGT-001 est un médicament candidat administré par voie systémique* qui livre un gène synthétique de la dystrophine, appelé microdystrophine, à l’organisme. Cette microdystrophine code vers un substitut de protéine fonctionnelle qui s’exprime dans les muscles et stabilise les protéines associées essentielles.

  • Essai Clinique (en anglais seulement) : ici
  • Letter to the Duchenne Community About the Status of the IGNITE DMD Clinical Trial (en anglais seulement) : ici
  • Lien vers le communiqué de presse (en anglais seulement) : ici
  • Plus d’informations : ici
,

Recherches canadiennes OPG

Les recherches du professeur Jérôme Frenette.

Nous vous avons préparé une série d’entrevues avec les chercheurs canadiens qui œuvrent dans le secteur de la DMD. Nous avons rencontré les professeurs et nos vidéos sont à venir. Nous voulons créer un échange, entre vous, la communauté DMD et les chercheurs. Vous serez enchantés de connaître leurs motivations profondes. Ils aiment connaître vos visages, ceux pour qui leur découverte aura le plus d’impact. De plus, nos vidéos se veulent être un médium qui offre une meilleure compréhension de notions scientifiques, disons-le, pas toujours faciles à saisir.

 

Notre série d’entrevue vidéo à venir…

Nous avons rencontré le professeur Jérôme Frenette du Département de réadaptation de l’Université Laval qui travaille présentement sur un traitement potentiel pour la dystrophie musculaire de Duchenne. Il a présenté des travaux très prometteurs qu’il mène avec son équipe du Centre Hospitalier Universitaire de Québec sur l’ostéoprotégérine (OPG).

 

Voici quelques Informations à retenir l’ostéoprotégérine

  • L’OPG est une protéine bien connue pour son rôle protecteur contre l’ostéoporose, d’où son nom, l’ostéoprotégérine.
  • L’OPG réduit les dommages et l’inflammation.
  • L’OPG atténue la dystrophie musculaire de Duchenne, en particulier dans les muscles squelettiques à contraction rapide.
  • L’OPG peut traiter simultanément l’ostéoporose et la dégénérescence musculaire chez les patients atteints de DMD.
  • Il est possible de protéger les muscles dystrophiques sans corriger le gène de la dystrophine. L’équipe de la Faculté de médecine de l’Université Laval à Québec vient de démontrer que cette protéine pourrait constituer une nouvelle avenue de traitement pour la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD).

 

Soyez branchés à notre série Recherche canadienne

Une façon efficace d’être informé et de recevoir nos vidéos dès leur sortie est de vous inscrire ici, à notre bulletin de nouvelles.