Solid Biosciences rapporte des données d’efficacité et de sécurité

Solid Biosciences rapporte les données d’efficacité et de sécurité de l’essai clinique IGNITE DMD en cours et de la reprise du dosage des patients dans la cohorte 2E14 VG / kg.

La Force partage ce communiqué de presse fourni par Solid Biosciences, 15 mars 2021, communiqué de presse original

  • Les données intermédiaires de six patients fournissent la preuve d’un bénéfice potentiel du SGT-001 dans les paramètres fonctionnels des évaluations ambulatoires North Star (NSAA), du test de marche de 6 minutes (6MWT), des tests de la fonction pulmonaire (PFT) et des mesures de résultats rapportés par les patients (PROM)
  • Le patient 7, dosé en toute sécurité avec SGT-001, a présenté des événements indésirables transitoires et gérables, dont aucun n’était grave; six patients précédemment traités n’ont montré aucun nouveau résultat d’innocuité lié au médicament 17 à 37 mois après l’administration; le dépistage et le recrutement des patients dans IGNITE DMD se poursuivent.

Solid Biosciences Inc., une société axée sur l’avancement de thérapies significatives pour la dystrophie musculaire de Duchenne, a rapporté des données fonctionnelles intérimaires (NSAA, 6MWT et PFT), des biomarqueurs et des mesures de résultats rapportés par les patients (PROM) de six patients après le traitement dans l’essai clinique de phase I / II IGNITE DMD en cours, le SGT-001. La société a également annoncé que le patient 7 dans IGNITE DMD avait été dosé en toute sécurité, avec des événements indésirables transitoires et gérables, dont aucun n’était grave. Le patient 7 était le premier patient à recevoir une dose d’IGNITE DMD dans le cadre d’un amendement de protocole clinique précédemment rapporté et en utilisant le SGT-001 fabriqué avec son procédé de deuxième génération. Les six patients précédemment traités n’ont montré aucun nouveau résultat d’innocuité lié au médicament, 17 à 37 mois après l’administration. L’ensemble des données collectées et la reprise du dosage soutiennent le recrutement continu des patients dans l’étude IGNITE DMD.

 

Barry Byrne, M.D., Ph.D., Président associé de pédiatrie et directeur du Powell Gene Therapy Center de l’Université de Floride, et chercheur principal de l’étude clinique IGNITE DMD – «L’ensemble des données fonctionnelles et des biomarqueurs, ainsi que les mesures des résultats rapportés par les patients, sont rapportés aujourd’hui pour suggérer que SGT-001 peut être bénéfique pour les patients atteints de DMD, une maladie grave pour laquelle il n’existe aucun remède. Je suis particulièrement encouragé par ces premières données par rapport à l’histoire naturelle de cette maladie. J’attends avec impatience la poursuite de l’inscription à IGNITE DMD et l’évaluation des données au fur et à mesure que l’étude progresse. »

 

Ilan Ganot, Directeur général, président et cofondateur de Solid Biosciences – «Nous sommes encouragés par la reprise réussie du dosage dans l’essai IGNITE DMD sous notre protocole clinique modifié et en utilisant le SGT-001 fabriqué avec un procédé de deuxième génération. Le dosage sûr du septième patient nous donne une confiance accrue dans notre stratégie de dosage alors que nous progressons dans le développement clinique de l’essai clinique IGNITE DMD. Nous sommes reconnaissants envers ce patient, sa famille et à tous ceux qui choisissent de participer à des essais cliniques. Nous sommes impatients de continuer à doser les patients et de rendre compte des résultats cliniques de patients supplémentaires au cours du second semestre 2021. »

 

Les données de IGNITE DMD

Les données rapportées ont été collectées auprès des six premiers patients traités par IGNITE DMD 12 à 24 mois après le traitement et incluent les données de trois patients dosés à faible dose (5E13 VG / kg) et de trois patients dosés à haute dose (2E14 VG / kg ). Les données de la cohorte de traitement retardé, analysées comme une cohorte témoin non traitée, ont été évaluées parallèlement à des données d’histoire naturelle représentatives. Les six patients étaient âgés de cinq à 14 ans au départ. Ces données ont déjà été partagées avec la FDA et les membres de l’IGNITE DMD Data Safety Monitoring Board et des consultants cliniques.

Données fonctionnelles

  • Parmi les patients des cohortes à dose faible et élevée, les scores de l’évaluation ambulatoire North Star (NSAA) à un an suggèrent un bénéfice après le traitement par rapport aux trajectoires généralement observées dans les données d’histoire naturelle. Les analyses d’histoire naturelle suggèrent que les patients du même âge que ceux inscrits dans IGNITE DMD devraient normalement présenter une progression de la maladie d’une année à l’autre allant d’un plateau de gains à une baisse de 3 à 3,7 points. Les patients de la cohorte témoin non traitée ont présenté une baisse moyenne de 4,0 points par rapport au départ à 1 an. En revanche, les patients de la cohorte à faible dose ont présenté une amélioration moyenne de 1,0 point sur la même période. Les patients de la cohorte à dose élevée ont présenté une amélioration moyenne de 0,3 point par rapport à leurs valeurs de base.
  • L’augmentation moyenne de la distance du test de marche de 6 minutes (6MWT) était supérieure à la différence d’importance clinique minimale (DMII) généralement acceptée de 30 mètres dans les cohortes à dose faible et élevée après le traitement. Alors que les patients de la cohorte témoin non traitée ont présenté une baisse de 8,5 mètres par rapport au départ à un an, les patients de la cohorte à faible dose ont présenté une amélioration moyenne de 37 mètres. Les patients de la cohorte à dose élevée ont présenté une amélioration de 49,7 mètres au cours de la même période.
  • En ce qui concerne les tests de la fonction pulmonaire (PFT), la plupart des patients des deux groupes de dose ont présenté une amélioration de la capacité vitale forcée (% de CVF prédit) à un an, alors que des baisses de la fonction pulmonaire seraient normalement observées chez les patients atteints de DMD. Du départ à un an, les patients de la cohorte témoin non traitée ont présenté une baisse moyenne de 10,7% sur une base absolue. En revanche, les patients des cohortes à faible dose et à dose élevée ont présenté une amélioration moyenne de 3,9% et 16,7%, respectivement, au cours de la même période.

Données sur les biomarqueurs

  • Comme indiqué précédemment, des biopsies du muscle trois mois après une seule perfusion de SGT-001 à une dose de 2E14vg / kg ont démontré la distribution généralisée de fibres musculaires positives pour la microdystrophine avec co-localisation de l’oxyde nitrique synthase neuronal (nNOS) et de la β- sarcoglycane dans les muscles de ces patients.
  • Les évaluations de la créatine kinase (CK) des six patients fournissent des preuves physiologiques potentielles d’un effet positif ou stabilisant après un an de traitement avec une seule perfusion à haute dose de SGT-001. Une baisse moyenne soutenue des CK d’environ 50% chez les patients de la cohorte à dose élevée a été observée. Dans la cohorte à faible dose, une augmentation moyenne de CK d’environ 166% a été observée, et dans le groupe témoin, une augmentation moyenne de CK d’environ 17% a été observée.

Données des mesures des résultats déclarés par les patients (PROM)

Les mesures des résultats rapportés par les patients, prises après un an de traitement, ont révélé une tendance à des améliorations en fonction de la dose des sous-échelles de la fonction motrice et des évaluations de la fatigabilité, fournissant des preuves concrètes à l’appui des résultats cliniques et des biomarqueurs présentant divers degrés d’avantages pour les patients dans les cohortes à forte dose.

  • Des améliorations significatives ont été démontrées dans le Pediatric Outcomes Data Collection Instrument (PODCI), une PROM validée qui contient des questions pour évaluer comment les soignants et les enfants évaluent la capacité de l’enfant à marcher, à se tenir debout et à effectuer la vie quotidienne, ainsi que les activités récréatives. Les scores de la fonction motrice reflètent les gains observés dans le 6MWT et le bénéfice du NSAA observé chez tous les patients traités.
  • Des entretiens qualitatifs semi-structurés menés par Modus Outcomes Ltd avec des patients et des soignants sur l’impact de la DMD sur le fonctionnement ont démontré une amélioration globale de l’activité fonctionnelle et des impacts liés à l’école (p. Ex., Mobilité des membres inférieurs, suivre les pairs, monter les escaliers, sports ) dans les cohortes à doses faibles et élevées, avec une fatigabilité diminuée subjective chez tous les patients des deux cohortes de traitement.

Comme indiqué précédemment, trois des six premiers patients traités avant les modifications du protocole introduites en 2020 ont développé quatre événements indésirables graves (EIG). Tous les EIG antérieurs ont été entièrement résolus et aucun nouveau résultat d’innocuité lié au médicament n’a été identifié avec un suivi post-administration de 17 à 37 mois. De plus, comme rapporté aujourd’hui, avec la reprise du dosage d’IGNITE DMD, le patient 7 a été dosé en toute sécurité avec des événements indésirables légers à modérés, qui ont tous complètement disparu. La reprise du dosage s’est faite selon un protocole clinique modifié et en utilisant le SGT-001 fabriqué avec un procédé amélioré, tous deux conçus pour améliorer la sécurité des patients.

 

À propos de SGT-001

Le SGT-001 est une thérapie génique qui utilise la technique du transfert de gène par virus adéno-associé* (ou AAV, pour adeno associated virus en anglais) sous investigation pour sa capacité à traiter la cause génétique sous-jacente de la DMD. Le SGT-001 est un médicament candidat administré par voie systémique* qui livre un gène synthétique de la dystrophine, appelé micro dystrophine, à l’organisme. Cette micro dystrophine code vers un substitut de protéine fonctionnelle qui s’exprime dans les muscles et stabilise les protéines associées essentielles.

  • Virus adéno-associé > Est un petit virus à ADN, non pathogène, existant à la fois chez l’homme et les primates. Lien
  • Voie systémique > Les formes d’administration systémiques agissent sur tout l’organisme (par voie générale). Lien

Les données du programme pré-clinique de Solid suggèrent que SGT-001 pourrait ralentir ou arrêter la progression de la DMD, indépendamment de la mutation génétique ou du stade de la maladie.

Le SGT-001 est basé sur les recherches pionnières en biologie de la dystrophine menées par les Dr Jeffrey Chamberlain de l’Université de Washington et le Dr Dongsheng Duan de l’Université du Missouri. SGT-001 a obtenu la désignation de maladie rare en pédiatrie, ou RPDD, aux États-Unis, et la désignation de médicament orphelin aux États-Unis et dans l’Union européenne.

Si vous ne vous souvenez pas des détails de la micro dystrophine et de la thérapie génique, nous vous invitons à regarder l’interview que nous avons menée à Londres avec le Dr. Jeffrey Chamberlain PH.D.:  Ici

 

À propos de  Solid Biosciences

Solid Biosciences est une société du secteur des sciences de la vie qui se consacre uniquement à la recherche de thérapies utiles pour la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD). Fondé par des personnes touchées par la maladie, Solid est un centre d’excellence pour la DMD. Il rassemble des experts en sciences, en technologie et en soins de santé pour faire avancer un porte folio de médicaments candidats. À l’heure actuelle, Solid propose des programmes sur quatre plates-formes scientifiques: les thérapies correctives, les thérapies modifiant la maladie, la compréhension de la maladie et les appareils et accessoires fonctionnels. Pour plus d’informations, s’il vous plaît visitez www.solidbio.com.

 

Qu’est-ce que la DMD ?

La dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) est une maladie qui touche presque qu’exclusivement les petits garçons et dont l’incidence est de 1 sur 3 500. Il est extrêmement rare que la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) affecte les filles. La dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) est une maladie dégénérative des muscles, causée par une mutation génétique. Cette maladie, pour laquelle aucun traitement n’est actuellement disponible, affecte directement les muscles. En l’absence de traitement, les conséquences de la maladie sont terribles pour les malades et leurs familles et entraînant une mort prématurée.

Article sur la DMD dans Nature.com

Des études récentes sur la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) ont considérablement approfondi notre compréhension des mécanismes pathogéniques primaires et secondaires. Des lignes directrices pour la prise en charge multidisciplinaire de la DMD qui traitent de l’obtention d’un diagnostic génétique et de la gestion des divers aspects de la maladie ont été établies.

En outre, plusieurs thérapies qui visent à restaurer la protéine de dystrophine manquante ou à traiter une pathologie secondaire ont reçu l’approbation réglementaire et de nombreuses autres sont en développement clinique. Cet article de Nature en libre accès de Dongsheng Duan, Nathalie Goemans, Shin’ichi Takeda, Eugenio Mercuri et Annemieke Aartsma-Rus aborde tous les sujets mentionnés ci-dessus.

Lire l’article sur Nature.com. 

Duan, D., Goemans, N., Takeda, S. et al. Duchenne muscular dystrophy. Nat Rev Dis Primers 7, 13 (2021). https://doi.org/10.1038/s41572-021-00248-3

Accepted Published

DOI https://doi.org/10.1038/s41572-021-00248-3

,

Des Nouvelles de Vamorolone pour la dystrophie musculaire de Duchenne

Santhera annonce la fin de la première période de 6 mois de l’essai pivot VISION-DMD avec Vamorolone pour la dystrophie musculaire de Duchenne

Communiqué de presse original > Pratteln, Suisse, 3 mars 2021

Santhera Pharmaceuticals annonce que le dernier patient a terminé la dernière visite pour la première période de l’étude pivot VISION-DMD contrôlée par placebo avec vamorolone chez des patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne (DMD), menée par leur partenaire ReveraGen Biopharma Inc. Sous réserve d’un résultat positif, cela pourrait permettre une soumission à la FDA américaine en 2022 avec le potentiel d’offrir une alternative de soins pour la DMD.

L’étude de phase 2b VISION-DMD de 48 semaines est conçue comme un essai pivot pour démontrer l’efficacité et l’innocuité du vamorolone administrée par voie orale par rapport à la prednisone et au placebo chez les garçons ambulants âgés de 4 à <7 ans atteints de DMD. Les mesures des résultats d’efficacité sont les résultats de la fonction motrice et de la force avec le test Time to Stand (TTSTAND) comme critère principal de l’étude. Des analyses supplémentaires comparent l’innocuité et la tolérabilité entre les groupes de dose de vamorolone, le placebo et la prednisone. Au cours de la période de traitement contrôlée par placebo et actif de 24 semaines, désormais terminée, les patients ont été randomisés pour recevoir de la vamorolone 2,0 mg / kg / jour, de la vamorolone 6,0 mg / kg / jour, de la prednisone 0,75 mg / kg / jour ou un placebo correspondant. Pour la deuxième période de traitement de 24 semaines supplémentaires de poursuite de l’étude, les patients qui avaient précédemment reçu de la prednisone ou un placebo ont été randomisés et passeront à l’une des deux doses de vamorolone. Cette période de traitement où tous les patients reçoivent de la vamorolone évalue la persistance de l’effet à plus long terme. Outre l’efficacité, l’étude vise à confirmer l’innocuité différenciée et le profil de tolérance favorable du vamorolone avec le potentiel d’offrir une alternative de soins. Bien que les glucocorticoïdes fassent partie des recommandations de soins actuelles de la DMD, leur profil d’effets indésirables limite leur utilisation en tant que traitement chronique.

 

Eric Hoffman, Ph.D., président et chef de la direction de ReveraGen BioPharma – “Nous sommes ravis d’avoir franchi cette étape importante et sommes impatients d’annoncer les premiers résultats à 6 mois de cette étude pivot avec Santhera. L’utilisation de glucocorticoïdes, bien qu’ayant des bénéfices prouvés dans le traitement de la DMD, est sévèrement limitée en raison des effets secondaires et d’une mauvaise tolérance. Nous nous attendons à ce que la vamorolone présente les avantages, mais évite de nombreux problèmes de tolérabilité qui limitent l’utilisation de cette norme de soins. Nos remerciements vont aux participants à l’étude, à leurs familles et aux professionnels de la santé qui, au milieu de la pandémie COVID-19, nous permettent de faire avancer cette étude pivot comme prévu.”

 

Dario Eklund, PDG de Santhera – “Sur la base de données précédemment établies, nous pensons que la vamorolone a le potentiel de devenir une thérapie fondamentale dans la DMD pour les patients indépendamment de la mutation génique sous-jacente et une alternative prometteuse aux corticostéroïdes existants. Notre organisation se consacre sans réserve à apporter cette nouvelle thérapie aux patients qui espèrent une thérapie DMD avec moins d’effets secondaires, la rendant appropriée pour une administration à plus long terme et améliorant également la qualité de vie.”

 

 

À propos du vamorolone – glucocorticoïde synthétique de première classe

Le vamorolone est un médicament candidat de première classe qui se lie aux mêmes récepteurs que les corticostéroïdes mais modifie l’activité en aval des récepteurs. Cela pourrait potentiellement « dissocier » l’efficacité des préoccupations typiques en matière d’innocuité des stéroïdes et pourrait donc remplacer les corticostéroïdes existants, le traitement standard actuel chez les enfants et les adolescents atteints de DMD. Il existe un besoin médical important dans ce groupe de patients car les corticostéroïdes à forte dose ont de graves effets secondaires systémiques qui nuisent à la qualité de vie des patients.

La phase IIb de l’étude VISION-DMD, le dernier patient a terminé la dernière visite de la période de traitement de 24 semaines, contrôlée par placebo et par traitement actif. Les données principales sur 6 mois sont attendues, ouvrant la voie à une soumission pour une « New Drug Submission » NDA américaine en 2022. Vamorolone a obtenu le statut de médicament orphelin aux États-Unis et en Europe et a reçu les désignations de maladie pédiatrique accélérée et rare par la FDA américaine et le statut de médecine innovante prometteuse (PIM) UK MHRA.Vamorolone est développé par une compagnie Américaine, ReveraGen BioPharma Inc avec la participation financière et à la conception d’études menées par plusieurs fondations internationales à but non lucratif, les Instituts nationaux de la santé des États-Unis, le Département de la défense des États-Unis et le programme Horizon 2020 de la Commission européenne.

Essai clinique au Canada

 

À propos de Santhera

Santhera Pharmaceuticals est une société pharmaceutique suisse spécialisée dans le développement et la commercialisation de médicaments innovants pour le traitement de maladies neuromusculaires et pulmonaires rares pour lesquelles les besoins médicaux ne sont pas satisfaits. Santhera est en train de construire un portfolio de produits pour la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) afin de traiter les patients indépendamment des mutations en cause, du stade de la maladie ou de l’âge. Une demande d’autorisation de mise sur le marché pour Puldysa® (idebenone) est actuellement en cours d’examen par l’Agence européenne des médicaments. Santhera pourra acquérir une licence pour le vamorolone, un stéroïde dissociatif de première classe actuellement étudié dans le cadre d’une étude pivot auprès de patients atteints de DMD pour remplacer les corticostéroïdes classiques. Santhera a concédé sous licence les droits d’Amérique du Nord sur son premier produit approuvé. Pour plus d’informations, visitez le site www.santhera.com. Raxone® et Puldysa® sont des marques commerciales de Santhera Pharmaceuticals

 

À propos de ReveraGen BioPharma

ReveraGen a été fondée en 2008 pour développer des médicaments stéroïdiens dissociatifs de première classe dans la dystrophie musculaire de Duchenne et d’autres troubles inflammatoires chroniques. Le développement du vamorolone, a été soutenu par des partenariats avec des fondations du monde entier, notamment Muscular Dystrophy Association USAParent Project Muscular DystrophyFoundation to Eradicate DuchenneSave Our SonsJoiningJackAction DuchenneCureDuchenneRyan’s QuestAlex’s WishDuchenneUKPietro’s FightMichael’s Cause, and Duchenne Research Fund. ReveraGen a également reçu un soutien généreux du CDMRP du département de la Défense des États-Unis, des Instituts nationaux de la santé (NCATS, NINDS, NIAMS) et de la Commission européenne (Horizons 2020).

Liens