Résultats cliniques positifs de l’étude MOMENTUM

resultats-cliniques-positifs-momentum

Sarepta Therapeutics annonce des résultats cliniques positifs de l’étude MOMENTUM, un essai clinique de phase 2 du SRP-5051 chez des patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne susceptibles de sauter l’exon 51.

Communiqué de presse original > CAMBRIDGE, Mass., Dec. 07, 2020 (GLOBE NEWSWIRE)

Aperçu

  • Les résultats de l’essai à doses multiples progressives démontrent la preuve de concept du SRP-5051 et soutiennent une augmentation continue de la dose.
  • À une dose totale d’exposition environ 10 fois inférieures à celle de l’éteplirsen, le SRP-5051 à 20 mg / kg a montré une exposition tissulaire* (relatif aux parties du corps composées de cellules musculaires) accrue, un saut d’exon plus important et une plus grande production de dystrophine sans résultats négatifs aux reins ou autres résultats de laboratoire.
  • Ce sont les premiers résultats cliniques de la technologie de peptide phosphorodiamidate morpholino oligomère (PPMO) de la société, sa plate-forme de chimie de nouvelle génération.

Sarepta Therapeutics, Inc. a annoncé les résultats de l’étude MOMENTUM en cours (étude 5051-201), un essai clinique mondial de phase 2 du SRP-5051, un traitement de nouvelle génération pour les patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne qui sont susceptibles de sauter l’exon 51. Ce sont les premières données cliniques du SRP-5051, un traitement expérimental qui utilise la technologie peptide phosphorodiamidate morpholino oligomère (PPMO) de Sarepta. La technologie PPMO comprend un peptide de pénétration cellulaire exclusif conjugué au squelette PMO de Sarepta pour augmenter l’absorption cellulaire du médicament dans le tissu musculaire.

Les résultats de la partie A de l’étude MOMENTUM à doses multiples progressives ont révélés une exposition tissulaire, un saut d’exon et une production de dystrophine systématiquement plus élevés chez les patients prenant une dose mensuelle de SRP-5051 par rapport à la référence de base. Le SRP-5051 a été généralement bien toléré pour toutes les doses étudiées, sans aucun résultat clinique ou biologique rapporté. Les résultats soutiennent l’augmentation continue de la dose de SRP-5051 et la poursuite du développement clinique.

 

Doug Ingram, président-directeur général, Sarepta – “La technologie PMO ARN de Sarepta est une plate-forme vitale sur laquelle nous concevons des thérapies pour traiter les personnes atteintes de la dystrophie musculaire de Duchenne. Notre technologie PPMO de nouvelle génération est conçue pour augmenter l’imprégnation cellulaire dans le but d’offrir une efficacité considérablement améliorée avec un dosage plus pratique chez les patients de la DMD susceptibles de sauter des exons. Bien que la dose dans chaque bras soit faible, la concentration tissulaire plus élevée, le saut d’exon et la production de dystrophine dans le groupe recevant 20 mg/kg ont été observés à un moment précoce de 12 semaines et avec beaucoup moins d’exposition cumulative au médicament par rapport à notre Technologie PMO. Nous savons de notre expérience avec les PMO que le saut d’exon et la dystrophine augmentent avec le temps, et ces résultats, ainsi que notre expérience pré-clinique, nous donnent confiance alors que nous augmentons la dose et continuons à faire progresser nos thérapies de saut d’exon PPMO pour la DMD, y compris cinq autres thérapies potentielles déjà conçues, et explorer l’utilité de la plateforme PPMO RNA pour d’autres maladies.”

 

À propos de l’étude MOMENTUM (SRP-5051-201)

MOMENTUM est une étude à doses croissantes multi-bras conçue pour identifier la dose maximale tolérée de SRP-5051. Tous les patients subiront une biopsie musculaire au départ et 12 semaines dans la partie A et au départ et 24 semaines dans la partie B. Plus d’informations peuvent être trouvées sur www.clinicaltrials.gov.

À propos du SRP-5051

SRP-5051 utilise la chimie PPMO de Sarepta et la technologie de saut d’exon pour ignorer l’exon 51 du gène de la dystrophine. Le SRP-5051 est conçu pour se lier à l’exon 51 de la dystrophine pré-ARNm, ce qui entraîne l’exclusion de cet exon pendant le traitement de l’ARNm chez les patients présentant des mutations génétiques susceptibles de sauter l’exon 51. Le saut d’exon est destiné à permettre la production de dystrophine tronquée en interne. Environ 13% des patients atteints de DMD présentent des mutations qui les rendent susceptibles de sauter l’exon 51. En cas de succès, le PPMO offre le potentiel d’améliorer l’efficacité et de doser moins fréquemment les patients.

Qu’est-ce que le saut d’exon?

Les mutations du gène de la dystrophine sont la cause de la DMD. Le plus souvent, il manque un ou plusieurs exons (une partie d’un gène) et les exons restants ne s’emboîtent pas correctement. (Pensez à une fermeture à glissière qui ne fonctionne pas correctement car il manque des dents.)

En raison de cette erreur, les cellules ne peuvent pas fabriquer la protéine dystrophine nécessaire au bon fonctionnement des muscles. Sans elle, les cellules musculaires sont endommagées et, au fil du temps, remplacées par du tissu cicatriciel et de la graisse.

Pour remédier à la machinerie génétique endommagée, les scientifiques développent des médicaments qui ignorent les parties contenant des exons manquants ou défectueux. De cette manière, la machinerie peut produire une protéine de dystrophine moins imparfaite, susceptible d’améliorer la fonction musculaire chez les enfants porteurs de mutations. > Saut d’exon

À propos d’eteplirsen (EXONDYS 51®)

Ce traitement utilise une technique spécifique de saut d’exon pour sauter par-dessus une partie du mécanisme génétique qui ne produit pas de dystrophine chez les enfants atteints de DMD. Plus spécifiquement, ce médicament injectable déclenche le saut de l’exon 51, qui survient chez 13% des enfants atteints de DMD. Il vise à restaurer la capacité de la machine à lire le code génétique afin qu’elle puisse produire une forme abrégée de dystrophine qui fonctionne chez certains enfants atteints de DMD. La production de cette forme abrégée de dystrophine peut retarder la dégénérescence musculaire et la progression de cette maladie rare et dévastatrice chez certains enfants.

En septembre 2016, la FDA des États-Unis a accordé à eteplirsen une autorisation de commercialisation accélérée sans précédent pour le traitement des enfants atteints de DMD susceptibles de sauter à l’exon. Cependant, étant donné que l’avantage clinique n’a pas été établi, l’approbation continue dépend du point de savoir si le résultat des essais cliniques en cours peut confirmer ses avantages chez les patients atteints de DMD.

Qu’en est-il du Canada?

Eteplirsen n’est pas disponible au Canada pour le moment. Nous espérons que Sarepta Therapeutics déposera prochainement une demande d’approbation de commercialisation auprès de Santé Canada.

À propos de la dystrophie musculaire de Duchenne

La dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) est une maladie génétique neuromusculaire rare et mortelle chez environ un homme sur 3500-5000 dans le monde. La DMD est causée par un changement ou une mutation dans le gène qui code les instructions pour la dystrophine. Les symptômes de la DMD apparaissent généralement chez les nourrissons et les tout-petits. Les enfants atteints peuvent éprouver des retards de développement tels que des difficultés à marcher, à monter des escaliers ou à se tenir debout depuis une position assise. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la faiblesse musculaire des membres inférieurs se propage aux bras, au cou et à d’autres zones. La plupart des patients ont besoin d’utiliser à plein temps un fauteuil roulant au début de leur adolescence, puis perdent progressivement la capacité d’accomplir de manière indépendante les activités de la vie quotidienne comme l’utilisation des toilettes, le bain et l’alimentation. Finalement, une difficulté croissante à respirer due à un dysfonctionnement des muscles respiratoires nécessite une assistance ventilatoire et un dysfonctionnement cardiaque peut entraîner une insuffisance cardiaque. La maladie est universellement mortelle et les patients succombent généralement à la maladie dans la vingtaine.

À propos de Sarepta Therapeutics

La Société a acquis une position impressionnante dans la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) et dans les thérapies géniques pour les dystrophies musculaires des ceintures (LGMD), la mucopolysaccharidose de type IIIA, Charcot-Marie-Tooth (CMT) et d’autres troubles liés au SNC, avec plus plus de 40 programmes à différents stades de développement. Les programmes et les objectifs de recherche de la société couvrent plusieurs modalités thérapeutiques, notamment l’ARN, la thérapie génique et l’édition de gènes. Pour plus d’informations, veuillez visiter www.sarepta.com ou suivez-les sur  TwitterLinkedInInstagram et Facebook.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.