, ,

Nouveau médicament à l’horizon pour la DMD

Suite aux résultats positifs de l’essai de phase I/II du SRP-4053 (Golodirsen), Sarepta Therapeutics a annoncé son intention de soumettre une nouvelle demande de médicament (NDA) pour l’approbation accélérée de Golodirsen chez les patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne (DMD).

Selon les résultats de l’étude clinique, le Golodirsen a stimulé de manière significative la production de dystrophine chez 25 garçons avec des délétions confirmées du gène de la DMD susceptibles de répondre au saut de l’exon 53. Cette mutation affecte environ 8 pour cent de tous les patients DMD.

 

Qu’est-ce que le Golodirsen ?

Le Golodirsen utilise la technologie du saut d’exon et fonctionne en se liant à l’exon 53 du gène de la DMD, de manière à exclure ou sauter cette partie de la séquence. Cela aide à produire une forme plus petite mais fonctionnelle de protéine de dystrophine.

 

Des résultats positifs

Lors d’un premier essai clinique chez des patients de la DMD, on a démontré que le Golodirsen a le potentiel de traiter la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD).

Communiqué

 

Pourquoi faut-il sauter certains exons ?

La DMD est causée par des erreurs spécifiques (mutations) dans le gène responsable de produire la dystrophine. La dystrophine est une protéine qui joue un rôle clé dans la fonction des cellules musculaires et les protège des dommages causés par la contraction et la relaxation des muscles. Ces mutations dans le gène de la dystrophine conduisent à une pénurie de cette protéine dans les muscles. N’ayant pas suffisamment de dystrophine, les muscles s’affaiblissent graduellement jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus bouger, et finalement la respiration et la fonction cardiaque font défaut.

La maladie est d’emblée mortelle et la mort survient généralement avant l’âge de 30 ans, généralement en raison d’une insuffisance respiratoire ou cardiaque.

 

Plus au sujet du Golodirsen

Golodirsen utilise la technologie chimique brevetée du phosphorodiamidate morpholino oligomère (PMO)* de Sarepta et la technologie de saut d’exon pour ignorer l’exon 53 du gène DMD. Golodirsen est conçu pour se lier à l’exon 53 du pré-ARNm de la dystrophine, entraînant l’exclusion, ou le « saut », de cet exon lors du traitement de l’ARNm chez les patients présentant des mutations génétiques susceptibles de répondre au saut de l’exon 53. Le saut d’exon a pour mission de permettre la production d’une protéine de dystrophine tronquée à l’interne mais fonctionnelle.

Golodirsen est l’un des candidats en cours d’évaluation dans l’étude ESSENCE, une étude mondiale, randomisée, en double aveugle, contrôlée contre placebo évaluant l’efficacité et l’innocuité chez des patients susceptibles de répondre au saut de l’exon 45 ou 53.

*phosphorodiamidate morpholino oligomère (PMO), en biologie moléculaire, un morpholino est un type de molécule utilisé pour modifier l’expression génétique.

 

Plus sur l’essai clinique :

Nom : ESSENCE : Étude de phase III

Objectif : L’objectif principal de cette étude est d’évaluer l’efficacité du SRP-4045 et du SRP-4053 par rapport au placebo chez des patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) présentant des mutations de délétion hors cadre susceptibles de répondre au saut de l’exon 45 et l’exon 53, respectivement.

Lieu : États-Unis, Europe, Canada, Israël

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter : www.clinicaltrials.gov ou www.essencetrial.com

 

Sources:

Clinical Trials

Muscular Dystrophy News

Investor Relations

Wikipédia

3 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.